Index de l'article

Comment accompagner au mieux un élève avec des besoins éducatifs particuliers dans ma classe ordinaire ?

Dans les pays francophones (et dans de nombreux pays), la tradition a été longtemps d’éduquer les élèves séparément, en fonction de leur capacité, ou non, à s’adapter à l’école ordinaire. Ainsi, les élèves en situation de handicap étaient orientés en milieu spécialisé, d’autres, en échec scolaire, étaient très vite déscolarisés. Aujourd’hui, nos sociétés évoluent vers une école pour tous, une école inclusive. Des lois encadrent depuis longtemps l’obligation de différenciation en classe (1989 en France, 1993 à Genève), depuis moins longtemps l’inclusion (2005 en France, 2010 à Genève), mais l’accès à l’éducation en école ordinaire est maintenant un droit. D’ailleurs, dès que l’on se penche sur le concept de cette école inclusive, cela nous paraît évident, naturel, humaniste. Pourtant, ce n’est pas si simple. En effet, l’école a été conçue pour instruire le plus grand nombre d’élèves et nous souhaitons maintenant qu’elle puisse répondre à des besoins très spécifiques. Cela demande des adaptations, qu’il faut concevoir et mettre en place avec l’équipe éducative.

1. L’évaluation des besoins

L’observation est le premier outil d’évaluation. Mais en cas de difficultés persistantes et importantes, une évaluation des besoins pourra être faite avec des outils dédiés (GEVA-SCO pour la France, PES en Suisse, autres évaluations spécifiques selon les troubles). Selon l’élève et les résultats des évaluations des besoins, différents niveaux d’adaptations sont possibles, du plus courant au plus spécifique.

2. La différenciation

Elle s’effectue au quotidien. Selon Philippe Perrenoud, « Différencier, c'est rompre avec la pédagogie frontale, la même leçon, les mêmes exercices pour tous ; c'est surtout mettre en place une organisation du travail et des dispositifs qui placent régulièrement chacun, chacune dans une situation optimale. Cette organisation consiste à utiliser toutes les ressources disponibles, à jouer sur tous les paramètres, pour organiser les activités de telle sorte que chaque élève soit constamment, ou du moins très souvent, confronté aux situations didactiques les plus fécondes pour lui. »1 Le document « Adapter son enseignement » présente, d’une façon synthétique mais très complète, des pistes pour :

-> réduire les difficultés liées au séquençage (alphabet, jours, mois, tables de multiplication...)
-> réduire les difficultés du traitement visuel
-> réduire les difficultés liées aux mémoires : mémoire de travail / mémoire à long terme
-> réduire les difficultés liées aux ressources attentionnelles
-> éviter la spirale de la perte de l’estime de soi (amour de soi, vision de soi, confiance en soi)

Selon le niveau et les besoins de l’élève, la différenciation peut passer d’une simple flexibilité à des adaptations plus importantes. Cela n’empêche pas l’élève de suivre le même programme que ses camarades, mais différemment.

Parfois, certains élèves ont des objectifs différents. Les contenus pédagogiques ainsi que les évaluations bénéficient de modifications importantes. Le programme n’est plus le même que celui des autres élèves. Dans ce cas-là, l’équipe éducative et la famille sont associées à cette décision car cela a un impact sur la suite des études.2

Pyramide Differenciation

La différenciation pédagogique (Illustration empruntée au site internet Plan d'intervention et mesures adaptatives au primaire, http://plandintervention.blogspot.ch)

En Suisse, de nombreux dossiers à l’intention des enseignants et émanant de structures institutionnelles recommandent des adaptations pour des troubles ou des déficiences spécifiques. Ceux-ci permettent d’avoir accès à une politique de différenciation pédagogique « officielle », notamment pour ce qui concerne les évaluations. On peut les retrouver sur le site genevois cap integration (https://edu.ge.ch/site/capintegration) ou sur le site du Centre suisse de pédagogie spécialisée (CSPS) (http://www.szh.ch/fr/page33725.aspx) à Berne.

3. Le recours à des structures d’appui

Pour des besoins de remédiation, l’intervention de structures d’appui existantes peut être utile : aide personnalisée, enseignant d’appui, co-enseignement, aide aux devoirs... Il est alors nécessaire de voir au sein de l’école ou avec le réseau éducatif (autres écoles, services sociaux, communes, associations...) ce qui existe afin de proposer à l’élève et à sa famille ce qui peut l’aider au mieux. Par exemple, dans le cas d’un élève allophone (qui ne parle pas la langue), un cours FLE (Français comme Langue Etrangère) est proposé, dans l’établissement de scolarisation ou dans un autre. Par ailleurs, il peut être intéressant d’inviter les parents à participer à un groupe de sensibilisation à la culture de l’école du pays d’accueil, souvent animé par les acteurs sociaux de la ville.

4. La mise en place d’un plan d’accueil

plan perso

Certains besoins nécessitent un dispositif d’accueil spécifique. En Suisse romande, un PEI (Projet Educatif Individualisé) est un dossier qui synthétise les forces et les faiblesses d’un élève puis de déterminer ses conditions d’accueil en milieu éducatif. En France, il existe plusieurs plans (PAI, PPRE, PAP ou PPS – voir ci-contre) qui permettent de répondre aux besoins spécifiques des élèves, des allergies alimentaires aux troubles d’apprentissage, en passant par les situations de handicap. Ces plans proposent des protocoles médicaux, des mesures renforcées d’appui scolaire, la présence d’un accompagnant personnel (Assistant à l’Intégration Scolaire, Auxiliaire de Vie Scolaire) ou la mise en place d’un enseignement spécifique.3 Tous ces dispositifs sont coordonnés par des personnes en mesure de rassembler les différents acteurs du réseau autour des élèves.

Les plans d'accueil spécifiques en France - Image du Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

 

 

5. La compensation des désavantages pour les examens

En Suisse, des directives officielles définissent la politique en matière de « compensation des désavantages ». Cette expression désigne l’aménagement des conditions dans lesquelles se déroule un examen. Les directives visent à neutraliser ou diminuer les limitations occasionnées par le trouble ou la déficience de l’élève. Cela porte donc sur les conditions de l’examen et non sur les objectifs académiques et de formation, qui eux, restent inchangés. Ainsi, un étudiant avec un déficit auditif pourra être accompagné d’un interprète de la langue des signes, un autre pourra bénéficier d’un tiers-temps, etc. Cette compensation, pour être effective, doit faire l’objet d’une démarche de demande bien précise4.

6. L’élève et sa famille au centre du dispositif

Il est important de terminer cet exposé en rappelant qu’il est essentiel de maintenir l’élève et les parents au cœur du dispositif mis en place. En effet, les parents représentent, la plupart du temps, le principal soutien de l’enfant au quotidien. Par ailleurs, ce sont eux qui suivent sans interruption le jeune année après année et assurent, au mieux, la continuité des actions menées. Ils sont souvent très bien renseignés sur le trouble de leur enfant et sont en mesure de communiquer les informations importantes à l’enseignant dès la rentrée scolaire, voire même à la fin de l’année scolaire précédente.De leur côté, les professionnels accompagnent et épaulent les parents afin qu’ils comprennent bien les difficultés observées et les aides proposées. Cette collaboration entre les familles et les professionnels est devenue incontournable, c’est un véritable partenariat. Les décisions finales en matière d’aménagements ou d’orientation sont le fruit d’un consensus.5

Pour davantage d’informations sur l’organisation d’une classe inclusive 
Pour davantage d’informations sur l’organisation d’une école inclusive

Exemples de scolarisation des élèves avec des besoins éducatifs particuliers en France. Scolarisation des élèves handicapés. EducationFrance.


 Références :

1 Différenciation pédagogique. Wikipedia. https://fr.wikipedia.org/wiki/Diff%C3%A9renciation_p%C3%A9dagogique

2 Trois formes de différenciation en évaluation. Site La différenciation pédagogique. http://differenciation.org/pdf/3formes_en_eval.pdf

3 Handicap, Besoins éducatifs particuliers, Quelle scolarisation ? Pour une école inclusive. ONISEP Basse-Normandie, 2014.

4 Compensation des désavantages. Site du Centre suisse de pédagogie spécialisée, http://www.szh.ch/fr/Plateforme-dinformation-pour-la-pdagogie-spcialise-en-Suisse/Compensation-des-dsavantages/page34767.aspx

5 Guerdan, V. (2010). Vers de nouvelles formes d’engagement social unissant familles, praticiens et chercheurs. Brochure d’information, ART21.


Pour en savoir plus :

Ce site canadien propose plusieurs outils de différenciation des leçons et des évaluations sous un format très visuel et accessible : http://differenciation.org

Site du Département de l’Instruction Public qui donne aux professionnels de l’éducation des pistes d’intervention auprès des élèves à besoins éducatifs particuliers : https://edu.ge.ch/site/capintegration

Site suisse de pédagogie spécialisée, proposant des fiches « d’informations à l’intention des enseignants sur les troubles, les mesures de différenciation pédagogiques et la compensation des désavantages » : http://www.szh.ch/fr/Thmes-et-projets/Projets/Besoins-ducatifs-particuliers-et-intgration/page34525.aspx

Le site suivant propose de nombreuses pistes de réflexion pour la construction d’une école inclusive en France : http://www.versunecoleinclusive.fr

Ajout de la rédaction du pôle : Site par un parent d'enfant autiste s'étant spécialisée dans les problématiques de l'inclusion scolaire : http://www.autisme-et-strategies-dapprentissage.ch

è Déficiences sensorielles (auditive ou visuelle)

https://edu.ge.ch/site/capintegration/deficiences-sensorielles/

-          Malentendance ou surdité : perte de la fonction auditive partielle ou totale.

https://edu.ge.ch/site/capintegration/deficiences-sensorielles/malentendance-ou-surdite/

-          Malvoyance ou cécité : perte de la fonction visuelle partielle ou totale.

https://edu.ge.ch/site/capintegration/deficiences-sensorielles/malvoyance-ou-cecite/