Index de l'article

Mode participatif - par groupes

Dans l’enseignement participatif, les élèves sont répartis par groupes dans lesquels ils doivent s’impliquer pleinement dans une tâche en collaboration avec leur(s) camarade(s). Les groupes peuvent être composés de 2, 3, 4 élèves selon l’objectif visé et le type de travail attendu. Ce mode de regroupement suscite un positionnement différent de l’adulte qui ne se situe pas « face aux élèves » mais plutôt à leurs côtés, à leur disposition en cas de besoin. Il n’est donc plus un transmetteur de savoirs ni un juge, mais plutôt un organisateur ou collaborateur.

Ce type d’enseignement nécessite une réflexion préalable de la part de l’enseignant sur le type de groupes à former (homogènes, hétérogènes, tutorat, nombre d’élèves par groupe, etc.) en fonction des objectifs visés, que ce soit en termes de savoirs scolaires, de savoir-faire ou de savoir-être. Il implique aussi une réflexion sur le fonctionnement des élèves au sein de ces groupes : les élèves ont-ils tous le même rôle ou ont-ils des tâches particulières (par ex. secrétaire, contrôleur du temps, rapporteur, etc.) ? Peuvent-ils choisir eux-mêmes leurs camarades ou est-ce le maître qui fait la répartition ?

Il y a 100 ans déjà, Roger Cousinet, instituteur et inspecteur primaire français, avait mis au point une méthode de travail libre par groupes dans laquelle les enfants pouvaient choisir entre différentes activités préparées pour eux et s'organiser en groupe pour les réaliser. Ces activités étaient réparties en différents types :

- activités de création (travail manuel : artisanat, jardinage, élevage) ou création "spirituelle" (dessin, peinture, musique, composition libre, poésie) ; l'arithmétique étant introduite à ce niveau comme mesure de l'action).

- activités de connaissance : activités d’apprentissage sur les animaux, les plantes, les minéraux, les phénomènes physiques ou chimiques, l'histoire et la géographie.

Différents types de groupes peuvent être formés :

- GROUPES HOMOGENES :  groupes réunissant des élèves de niveau similaire dans un domaine alors que leur âge et leurs connaissances peuvent être différents en dehors de ce domaine.
Les groupes à niveaux permettent de cibler un objectif particulier et de focaliser le travail sur les besoins qui lui sont liés. Ces groupes ne sont pas destinés à fonctionner de manière prolongée. Ils jouent le rôle de « coup de pouce » dans des situations particulières. Une fois que les élèves ont surmonté leur difficulté, le groupe s’arrête ou est reconfiguré par l’enseignant.

- GROUPES HETEROGENES : le plus souvent, ces groupes sont formés par les élèves eux-mêmes, le niveau importe peu dans ce cas–là. Il s’agit plutôt de rassembler les élèves par affinité pour favoriser les échanges, susciter une réflexion commune, dynamiser les conflits sociocognitifs. Ce mode de regroupement est particulièrement propice dans des situations de découverte ou de structuration d’un apprentissage, par exemple dans des recherches en mathématiques, en sciences, etc.