Index de l'article

Stratégies d'apprentissage

À l’intersection entre la psychologie et la pédagogie

Par Dominique Eberlin (Coaching d'Etude)

dom photo prov 1

Le domaine des stratégies d’apprentissage recouvre de nombreuses recherches et démarches, qui s’intéressent toutes à l’amélioration des apprentissages académiques, de la maternelle à l’université.

Il s’intéresse d’une part aux techniques d’apprentissage, qui peuvent être communes à tous. C’est à dire aux actions conscientes mises en œuvre pour mémoriser l’information, domaine de la pédagogie. D’autre part aux processus cognitifs qui sont propres à chacun. C’est à dire aux fonctionnements spontanés et inconscients du traitement de l’information, domaine de la psychologie.

 


Les références : Gestion mentale et Programmation Neuro-Linguistique

L’approche dont il est question ici découle de la modélisation des réussites. À partir de la question « comment faites-vous pour réussir ? » posée aussi bien aux étudiants qui réussissent leurs examens qu’aux thérapeutes qui guident leurs patients vers la guérison, des recherches ont permis de dégager des modèles. A la fois « structures » éclairant les fonctionnements de ces réussites et « exemples » permettant de les imiter.

fleur strategies

En pédagogie les travaux d’Antoine de La Garanderie ont donné naissance à la Gestion mentale, dont les thèmes principaux sont :

- les profils d’apprentissage : typologie des processus cognitifs, basée sur les différents paramètres de perception (global, linéaire, auditif, visuel) ou les préférences d’évocation (reproduire, représenter, conceptualiser, interpréter)
- les gestes mentaux : attention, compréhension, imagination, mémorisation et réflexion
- le dialogue pédagogique : un jeu de questions qui permettent à tout élève de prendre conscience de ses processus mentaux
- la gestion de ses apprentissages : activités conscientes et choisies pour faciliter l’acquisition des connaissances et le développement de compétences
- le projet d’apprentissage : intention personnelle qui influence la mémorisation

En psychologie cognitive, les recherches de l’école de Palo Alto, créée autour de Gregory Bateson, ont porté sur les théories de la communication, la méthodologie du changement et les pratiques de remédiation. Issus de cette école, Richard Bandler et John Grinder ont fondé la Programmation Neuro-Linguistique. A la fois « théorie et pratique », cette approche repose sur l’observation des paramètres de la communication et dégage des modèles d’excellence reproductibles. Voici quelques uns de ses postulats et outils de travail :

- il est impossible de ne pas communiquer : chacune de nos actions, y compris le silence, est porteuse d’information
- chacun fait de son mieux : en fonction de ses connaissances, de ses compétences et de ses croyances, chacun de nous choisit l’action la plus économique pour lui
- il n’y a pas d’échec, il n’y a que du feed-back : la communication est une boucle rétroactive. Si la réponse obtenue ne correspond pas à son attente, l’émetteur change son message
- l’objectif : chacun de nous a le choix de mener sa vie dans la direction qui lui convient
- le recadrage : il est toujours possible de considérer une situation selon différents points de vue
- la carte du monde : notre image du monde est influencée par nos filtres personnels (préférences visuelle, auditive ou kinesthésique, croyances, distorsion langagière, ...)


La communication

Tout apprentissage est le fruit d’une interaction entre deux personnes, soit à travers le temps dans une communication écrite, soit à travers l’espace dans une communication orale. Le langage nous permet de structurer notre pensée et de partager nos idées.
La linguistique appliquée propose des modèles qui permettent de comprendre et de maîtriser ses compétences en communication. Ce qui encourage les enseignants à créer une relation à l’autre respectueuse de la différenciation, et les étudiants à perfectionner leur « rapport à soi ».


émetteur - message - récepteur - contexte - code, codage et décodage - feedback - bruit - image du monde - croyances - référentiel - signifiant et signifié - grammaire transformationnelle - structure de surface et structure profonde - intention - verbal et non verbal - schéma de Jacobson - effet Pygmalion - cybernétique - ...


 


Les étapes de l’apprentissage

Le langage courant regroupe sous le terme générique d’apprentissage plusieurs étapes d’une démarche complexe. Il convient de distinguer ces différentes étapes, d’en définir les spécificités afin de leur attribuer respectivement ce qui relève des techniques de travail ou des processus cognitifs.

 illustration strategies dapprentisssage

 

1. ENSEIGNER : apporter de l’information
Composantes : didactiques des matières, méthodologies des leçons, programmes académiques, relations et distances pédagogiques (oral ou écrit).

2. APPRENDRE : percevoir l’information
Composantes : curiosités individuelles, amplitudes et préférences de perception ( visuelle, auditive ou kinesthésique ), concentration et attention, motivation, projet d’apprentissage.

3. SAVOIR : évoquer l’information, construire du sens
Composantes : préférences d’évocation ( visuelle, auditive ou kinesthésique ), compréhension, imagination, mémorisation et réflexion, élaboration d’une représentation mentale.

4. RESTITUER : appliquer ses connaissances
Composantes : créativité, conformité, adaptation et adéquation aux contextes de restitution.

 

 

 

 


La typologie des « profils d’apprentissage »

combinatoire des profils 1

Basée sur l’observation empirique des préférences individuelles de fonctionnement pour l’apprentissage, cette typologie organise en arborescence les paramètres propres à chacune des étapes. Les combinaisons de ces différents paramètres définissent des profils mentaux d’apprentissage.

Mis en évidence à travers l’observation d’acquisition des matières scolaires ou académiques, ces profils sont en réalité à l’œuvre de façon permanente dans notre quotidien. Le cerveau considère chaque instant, chaque événement comme une nouveauté et l’appréhende sous le même angle. Quel que soit l’environnement dans lequel se trouve une personne, son âge ou son niveau de compétence, son profil reste identique.

Préférences de perception :

G - globale : connaître la finalité avant de s’engager dans une tâche
L - linéaire : s’engager dans une tâche avant d’en connaître la finalité
V - visuelle : disposer d’un support pour voir de quoi il s’agit (photo, schéma, croquis, esquisse)
A - auditive : recevoir des explications orales pour entendre ce dont il s’agit (cours, dialogue)
K - kinesthésique : ressentir du confort et de l’intérêt pour entrer en matière (tranquillité, amabilité, correspondance avec ses passions)

Paramètres d’évocation :

1 reproduction : le cerveau enregistre fidèlement la réalité, il fait référence à des objets concrets, à des expériences connus, il cherche l’UTILITE de l’information reçue. La personne veut « savoir à quoi ça sert ? »
2 représentation : le cerveau note chaque détail, fait référence à des processus de travail, recherche la JUSTESSE et la JUSTICE dans l’information à traiter. La personne veut « savoir comment faire ».
3 conceptualisation : le cerveau extrait l’idée générale, crée des liens, cherche le sens et la LOGIQUE. La personne veut « comprendre pourquoi faire ».
4 interprétation : le cerveau interprète la réalité, la transforme à sa manière, doit manifester une DIFFERENCE. La personne veut « faire autrement »

Images mentales :

V - visuelle : le cerveau crée un souvenir à regarder. Il garde les couleurs, les formes, les silhouettes. La personne « voit de quoi il s’agit ».
A - auditive : le cerveau crée un souvenir à écouter. Il garde les sons, les intonations des voix, les mots et les discours reçus. La personne connaît le sujet quand « ça lui parle ».
K - kinesthésique : le cerveau crée un souvenir ressenti, il garde les impressions, les sensations. La personne « sent que c’est de cela dont il s’agit ».

Préférences de restitution :

V - visuelle : la personne veut donner à voir. Elle est plus à l’aise dans les examens écrits, les restitutions à distance.
A - auditive : la personne veut donner à entendre. Elle est plus à l’aise dans les examens oraux, les restitutions dans le dialogue.
K - kinesthésique : la personne veut démontrer. Elle est plus à l’aise dans une exécution personnelle (danse, chant, création manuelle, expression individuelle).


Intérêt pédagogique

Toute personne peut apprendre facilement lorsqu’elle est motivée à sa tâche, qu’elle a un projet personnel, et que l’information lui est apportée selon son canal préférentiel. Baser l’enseignement sur la valorisation des besoins individuels en exploitant la richesse des stratégies d’apprentissage apporte un triple bénéfice :

- Les élèves et étudiants qui connaissent leur profil d’apprentissage, l’ont accepté et savent l’exploiter obtiennent de meilleures performances scolaires et de plus grandes satisfactions dans leurs études.

- Les enseignants et professeurs qui comprennent les particularités des différents profils d’apprentissage peuvent diversifier leurs pratiques pédagogiques, proposer des stratégies de travail personnalisées et guider leurs élèves vers la réussite.

- Une école qui reconnaît la diversité des types d’apprentissage et favorise leur rassemblement peut proposer un dispositif éducatif d’intégration citoyenne.


A explorer, regarder ou écouter

 

Eberlin Dominique, Comprendre les difficultés à apprendre, Chronique Sociale, 2010.

eb1

Eberlin Dominique, Découvrir les atouts de la dyslexie ...et en jouer, Chronique Sociale, 2012.

eb2

Eberlin Dominique, Le soutien pédagogique en question. Pour qui ? Où ? Quand ? Comment ?, Chronique Sociale 2016.

couv soutien pedagogique

LIVRES : 

Altet Marguerite, Desjardins Julie, Étienne Richard, Paquay Léopold, Perrenoud Philippe, Former des enseignants réflexifs obstacles et résistances, De Boeck, 2013.

Bandler Richard, Grinder John, Les secrets de la communication, Éd. de l’Homme, 2005.

Baruk Stella, Échec et math, Seuil, 1976.

Baruk Stella, L’âge du capitaine, Seuil, 2000.

Bateson Gregory, Vers une écologie de l’esprit, Seuil, 1977 tome 1, 1980 tome 2.

Beauchez Jérôme, L’empreinte du poing, EHESS, 2014.

Bissonnette Steve, Richard Mario, Comment construire des compétences en classe, Chenelière, 2010.

Crahay Marcel, Peut-on lutter contre l'échec scolaire ?, De Boeck, 1996.

Damasio Antonio, L’erreur de Descartes, Odile Jacob, 2010.

Davis Ronald, Eldon M. Braun, Le don d’apprendre, Desclée de Brouwer - La Méridienne, 2004.

Davis Ronald, Eldon M. Braun, Le don de dyslexie, Desclée de Brouwer - La Méridienne, 2012.

Dehaene Stanislas, Apprendre à lire: des sciences cognitives à la salle de classe, Odile Jacob, 2011.

Dehaene Stanislas, La Bosse des maths: quinze ans après, Odile Jacob, 2010.

Dilts Robert, Des outils pour l’avenir, Desclée de Brouwer, en réédition.

Dilts Robert, Être Coach, de la recherche de la performance à l'éveil, InterEditions-Dunod, 2008.

Doise Willem, Mugny Gabriel, Psychologie sociale et développement cognitif, Armand Colin, 2003.

Domènech Francesch Joan, Éloge de l’éducation lente, Chronique sociale, 2011.

Faure Jean-Philippe, Éduquer sans punitions ni récompenses, avec la Communication Non-Violente, Éd. Jouvence, 2005.

Hall Edward T., La dimension cachée, Points Essais, 1978.

Howard Glasser et Jennifer Easley, Les enfants difficiles, comment leur venir en aide, Ed. Pearson Education, 2008.

Giordan André, Apprendre ! Belin, 1998.

Giordan André et Saltet Jérôme, Apprendre à apprendre, Librio, 2007.

Goigoux Roland et Cèbe Sylvie, Apprendre à lire à l’école - tout ce qu’il faut savoir pour accompagner l’enfant, Retz, 2006.

Gordon Thomas, Enseigner et être soi-même, Enseignants efficaces, Éd. de l’Homme, 2005.

Gosselin Brigitte et Michel, Surdoué et échec scolaire, Éditions le Sémaphore, 1999 ( indisponible ).

Grangeat Michel et Meirieu Philippe ( dir. ) La métacognition, une aide au travail des élèves, ESF, 1997.

Hoeg Peter, Smilla ou l’amour de la neige, Points, 1996.

Kerdellant Christine, Le prix de l’incompétence, histoires des grandes erreurs du management, Denoël, 2000
de La Garanderie Antoine, Apprendre sans peur, Chronique Sociale, 1999.

MacLean Paul, Guyot Roland, Les trois cerveaux de l’homme, Laffont, 1990.

Ouzilou Colette, Dyslexique, vraiment ? Et si on soignait l’école, Albin Michel, 2014.

Perrenoud Philippe, Dix nouvelles compétences pour enseigner, Invitation au voyage ESF 2013

Pörtner Marlis, Écouter, comprendre, encourager, l’approche centrée sur la personne, Chronique Sociale, 2010.

Montelle Christian, La parole contre l’échec scolaire, la haute langue orale, L’Harmattan, 2005.

Reuter Yves, Une école Freinet. Fonctionnements et effets d’une pédagogie alternative en milieu populaire, L’Harmattan, 2007.

Reuter Yves, Panser l’erreur à l’école, de l’erreur au dysfonctionnement, Presses Universitaires du Septentrion, 2013.

Revol Olivier, Même pas grave ! L’échec scolaire, ça se soigne, J’ai lu, 2007.

Rosenberg Marshall B., Enseigner avec bienveillance, instaurer une entente mutuelle entre élèves et enseignants, Éd. Jouvence, 2006.

Rosenberg Marshall B., Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) Éd. Syros, 1999.

Rosenthal Robert A., Jacobson Lenore, Pygmalion à l'école, Casterman, 1971.

Saint-Laurent Lise, Enseigner aux élèves à risque et en difficulté au primaire, Gaétan Morin, 2008.

Schab Lisa M., J’ai confiance en moi et en ma personnalité, La boîte à livres éditions, 2009.

Siaud-Facchin Jeanne, Aider l’enfant en difficulté scolaire, Odile Jacob, 2008.

Siaud-Facchin Jeanne, L’enfant surdoué - l’aider à grandir, l’aider à réussir, Odile Jacob, 2012.

Siety Anne, Les mathématiques apprivoisées, pour en finir avec les blocages en maths, Hachette Littératures, 2006.

Viannin Pierre, L’aide stratégique aux enfants en difficulté scolaire, De Boeck, 2009.

Vermersch Pierre, L’entretien d’explicitation, ESF, 2011.

Vité Laurent, Alliances de travail et enseignement spécialisé, éclairage sur le travail en réseau, SZH/SPC, cop., 2000 ( Éducation spéciale ).

Watzlawick Paul, Comment réussir à échouer, Seuil, 1991.

Watzlawick Paul, La réalité de la réalité, Points essais, 2014.

Watzlawick Paul, Le langage du changement, Points essais, 2014.

FILMS :

Clint Eastwood, Invictus.
Tom Hooper, Le discours d’un roi.
Stéphane Meunier, Les yeux dans les bleus.

INTERNET :

Myers et Briggs
http://www.myersbriggs.org

Robinson Ken. Changement de paradigme dans le système d’éducation
https://www.youtube.com/watch?v=qZnqDTFsMFs

Ryan Tony
http://www.tonyryan.com.au
http://thinkerskeys.com

Seguin Edouard
http://silapedagogie.weebly.com/edouard-seguin.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Édouard_Séguin

Protin Matthieu
http://multimalin.com