La Ferme Permacole des Evaux

Il pousse, « le jardin de permaculture » à Onex !
La Ferme Permacole des Evaux

 

 

 

 

Savez-vous qu’un jardin en permaculture se développe au Parc des Evaux et que ce peut être un magnifique endroit où passer du temps avec des élèves ?

Après avoir visité la Ferme Permacole des Evaux au cours de l’été dernier, je me suis dit que ce pourrait être une expérience riche en enseignements pour une classe qui déciderait de visiter ce lieu à diverses reprises au cours de l’année scolaire. Cela pourrait bien être même totalement intégré à leur programme scolaire.

J’ai récemment rencontré Robert Heslip, paysagiste bénévole à La Ferme Permacole des Evaux et lui ai posé quelques questions sur son travail et sur les « bénéfices » qu’en tirent les visiteurs.

L’idée et la création du jardin sont celles de Mme Karine Aubin et M. Daniel Whittle pour qui Robert travaille comme bénévole. Robert a mis à profit ses connaissances, ses compétences et son amour de la nature dans le projet et la réalisation de ce jardin avec Mme Aubin et M.Whittle. En équipe ils s’assurent que chaque élément du projet fait partie intégrante d’une « approche circulaire » de l’agriculture.

La permaculture est une philosophie qui vise à promouvoir un mode de vie holistique et durable en harmonie avec la nature, en travaillant « avec » plutôt que « contre » celle-ci.
En entendant Robert expliquer comment chaque élément peut profiter à l’ensemble du jardin en permaculture, je mesure combien nous pouvons apprendre de cette démarche.

Le but initial de ce jardin en permaculture à la Ferme Permacole des Evaux est d’approvisionner le restaurant du parc qui devrait ouvrir ses portes au printemps 2021 sans utiliser ni pesticides, ni herbicides. Dans l’attente de l’ouverture du restaurant, la production est vendue à des particuliers et quelques autres restaurants. Un autre objectif consiste à permettre à un plus large public de découvrir la permaculture et comment vivre en harmonie avec la nature.

Une école d’Onex a décidé de profiter du développement de ce jardin. Un groupe d’élèves accompagnés de leurs deux professeurs visite la Ferme Permacole des Evaux une fois par semaine. La classe est divisée en deux groupes. L’un travaille avec Robert et l’autre avec les enseignants, puis les deux groupes alternent.

Les activités permettent de faire des mathématiques, de la science, de l’art. Par exemple les élèves ont dessiné à l’échelle le plan d’une partie du jardin. Par ailleurs ils apprennent quelles plantes sont compatibles et peuvent être plantées à proximité les unes des autres et quelles autres ne le sont pas et doivent donc être plantées à distance les unes des autres. La construction d’un container à compost permet une approche de la chimie organique. Les enfants développent des connaissances et renforcent leur intelligence « naturaliste ».

Le développement durable consiste à permettre à chaque organisme de capter le maximum d’énergie du site sur lequel il se développe. C’est un élément clé d’un jardin en permaculture.
La réflexion des rayons du soleil sur la mare réchauffe la serre ainsi que la chaleur dégagée par le compost dans son processus de retour à la terre. Une paroi entre la serre et l’amphithéâtre permet à des musiciens ainsi qu’à des adeptes de yoga de profiter de la chaleur et du confort du lieu.
Les troncs d’arbres morts coupés et enterrés sous de la paille et du terreau humide dégagent du carbone et de l’azote qui nourrissent les plantes. Les arbres autour du jardin servent de coupe-vent. Un labyrinthe pour la méditation est en projet …

Les enfants adorent venir au parc et sont vraiment intéressés par les plantes.
Ça a surpris Robert. Pourquoi ?

Il est vrai qu’on passe probablement plus de temps à parler en classe d’animaux et de leurs modes de vie et de leurs habitats que de plantes. Probablement parce que les plantes ne bougent pas beaucoup ou que les animaux sont plus menaçants et comme le cerveau perçoit en priorité ce qui bouge on peut imaginer que les animaux sont plus motivants à observer pour les jeunes enfants que les plantes.

Bien qu’on soit porté à penser que la compréhension des enfants en ce qui concerne les plantes tourne surtout autour de la façon dont elles poussent, de la photosynthèse, les expériences et les découvertes enrichissantes en milieu naturel permettent de mesurer le rôle important des plantes dans le tissu du vivant. Les enfants découvrent l’utilité des insectes, des champignons, et des mauvaises herbes et peuvent dire non aux pesticides, non aux fongicides, non aux herbicides et préférer les systèmes offerts par la nature elle-même.
Les enfants qui participent à ces expériences mesurent l’importance et la beauté des plantes dans la vie.

L’intérêt à l’environnement se développe à travers les expériences pratiques dans la nature et il est encourageant de voir les enfants des classes genevoises passer du temps en forêt, s’occuper du jardin de leur école, de les voir se reconnecter avec la nature et reconnaître tout l’intérêt qu’ils ont à le faire. Le lien qu’ils développent avec la nature comme l’a fait Robert lui-même, est positif pour l’avenir et l’écosystème de la planète.

Toutes sortes d’échanges et d’idées peuvent naître à partir de l’exploration de la place de l’humain dans la nature et participent à la construction de l’esprit critique ou du dialogue philosophique.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la possibilité de visiter « La Ferme Permacole des Evaux », découvrir ce qui est enseigné en classe ou motiver vos élèves à soigner mieux encore le jardin de l’école…

Marcia Banks
Vice-directrice et coordinatrice de programmes retraitée
Genève, Suisse
Anciennement enseignante USA et Allemagne